Maggy Hubert-Wallace et Jacques Villeglé au Palais des Congrès à Paris en 1998 (j’ai pris des photos lors de la dédicace mais leur qualité est bien loin de celle-ci et surtout des belles photos de François Poivret – photographe attitré de l’artiste – dont quelques clichés sont exposés à Fougères)

C’est à Fougères, le 7 septembre qu’a eu lieu la première présentation du livre de Maggy Hubert-Wallace, De l’ombre à la lumière, que Jacques Villeglé a enrichi d’une belle préface illustrée de dessins originaux.

Pourquoi Fougères ? Cette belle ville des Marches de Bretagne abrite pour quelques semaines une très belle exposition de Jacques Villeglé dans le cadre d’un lieu prestigieux : le couvent des Urbanistes. Il vous faudra un peu de persévérance pour trouver l’entrée de l’exposition mais cela en vaut la peine car le cadre est superbe et l’accrochage est remarquable. Vous pourrez voir, en particulier, les travaux cinématographiques (video, dessins préparatoires…) réalisés avec Raymond Hains. Des petits dessins de Jacques Villeglé permettent de mieux comprendre le mécanisme ingénieux créé.

Le livre c’est l’histoire de rencontres innombrables (le copieux index commenté par Jacques Villeglé en témoigne) dans le monde des arts : plastiques et du spectacle. Maggy Hubert-Wallace est né à Nouvoitou (à quelques kilomètres au sud de Rennes, près de la charmante ville animée de Chäteaugiron). Elle vient jeune à Paris et rencontre de multiples personnalités : Guy Debord, les nouveaux réalistes… Elle fut amie de Sophie Daumier et de Sunsiaré de Larcône, jeune romancière qui mourut dans l’accident de voiture qui coûta la vie à Roger Nimier. Couturière au TNP, elle travailla avec les plus grands comédiens et les plus grands metteurs en scène (Jérôme Savary, Jean Vilar…).

Si avec Jacques Villeglé, ils se reconnurent tout de suite entre Bretons, leur profonde amitié mis un certain temps à se concrétiser.

A toutes ces rencontres (et à bien d’autres que vous découvrirez dans le livre), je dois en ajouter une : celle de l’éditeur avec une femme de l’ombre pleine de charme et “de classe”. Une personnalité très attachante que ce livre met en lumière à travers son autobiographie et les photographies qui l’illustrent et mettent particulièrement en valeur celle qui fut aussi modèle dans l’atelier de Zadkine.

Ce fut aussi pour moi l’occasion de comprendre un peu mieux le très réservé, quoique chaleureux, Jacques Villeglé. Le premier livre que j’ai publié, écrit / écrits, m’avait permis d’apprécier l’artiste et l’élégance de l’homme. Celui-ci m’a fait découvrir un Jacques Villeglé plus intime et mon admiration n’a fait que croître.

Cliquez sur les images pour accéder aux descriptifs des livres.